Les malheurs d’Angela de Nicolas Stoecklin

Les malheurs d'Angela de Nicolas Stoecklin


Dans Les malheurs d’Angela, nous suivons les aventures sexuelles de la jeune bisexuelle Angéla, qui devient le jouet sexuel d’un ami de son père. Elle finira par retourner la situation à son avantage…
Le roman érotique est ponctué d’illustrations de Chris.
272 pages dans la collection Les Aphrodisiaques aux éditions Sabrina Fournier

Résumé de Les malheurs d’Angela de Nicolas Stoecklin

Toute jeunette, Angéla assiste par hasard à une scène effarante : Thomas, un ami de son père, qui lui a prêté de l’argent, vient se rembourser en nature… en baisant son épouse devant lui ! Angéla n’oubliera jamais les hypocrites protestations de sa mère que dénudent les deux hommes… et le trouble qu’elle a ressenti en la voyant offrir son cul à un étranger… sous les yeux de son mari. Quelques années plus tard, Thomas revient dans la vie d’Angéla, qui, à ce moment-là, a noué une relation coquine avec Myriam, une copine de lycée. Il la menace de tout révéler au père de Myriam : homme très religieux qui ne plaisante pas avec la morale. Obligée de céder aux exigences de Thomas, elle devient son jouet sexuel. Mais ce sale individu ne s’arrête pas là : il livre la jeune fille au patron d’un restaurant qu’il fréquente, lequel la sodomise dans la cave de son établissement. D’autant plus choquée, qu’à l’instar de sa mère, elle n’est pas restée insensible à ces débauches, Angéla se confie à un groupe de lesbiennes dont elle fréquente le bar. Celles-ci débarquent une nuit chez Thomas, et lui en font voir de toutes les couleurs : attaché dans un fauteuil, nu comme un ver, le macho sera soumis à son tour aux pires traitements… Il devra lécher des culs sales, recevoir des averses de pisse, assister aux ébats des filles entre elles, devenir à son tour leur jouet ! Mais Angela a définitivement basculé du “ mauvais côté ” ; elle ne peut plus avoir du plaisir que d’une façon “ tordue ”.
Nous la retrouvons, des années plus tard, employée dans une quincaillerie, dont la patronne : Gabrielle, une quadragénaire bien en chair, est devenue… son “ esclave ” ! Rien ne lui sera épargné… On pourrait croire qu’Angela, devenue “ dominatrice ” a enfin trouvé sa voie ? Il n’en est rien!
Nous vous laissons découvrir les nombreuses péripéties sexuelles de cette “ baiseuse ” hors du commun !