Hôtel – Chambre 1 d’Emma Mars

Hôtel - Chambre 1 d'Emma Mars


Ce premier opus de la saga Hôtel est un long roman qui nous plonge dans les aventures d’Annabelle (Elle), étudiante et escort-girl. Après être tombée amoureuse, elle décide de quitter cette double-vie compliquée à gérer. Elle accepte une dernière mission qui n’est pas des plus simples : son client n’est autre que le frère de son futur mari. De peur que son fiancée ne découvre sa double-vie, il va falloir qu’Elle se soumette à tous ses désirs…
768 pages aux éditions Le Livre de Poche.

Résumé de Hôtel – Chambre 1 d’Emma Mars

Annabelle, Elle pour les intimes, est étudiante le jour et escort girl la nuit. Lorsqu’elle rencontre le séduisant et richissime David Barlet, magnat de la presse, elle décide d’abandonner sa double vie pour devenir une épouse modèle. Mais avant elle doit accepter une dernière mission un peu spéciale : son ultime client n’est autre que Louis Barlet, le frère de David. Terrifiée à l’idée que l’homme de sa vie découvre son secret, Elle se voit contrainte de satisfaire le moindre désir de Louis, entre soumission et séduction. Sortira-t-elle indemne de ce jeu pervers ? Elle devra garder la tête froide même si son corps s’embrase… Entrez dans Chambre un, premier volet de la trilogie érotique française qui enflamme le monde entier.

Extraits de Hôtel – Chambre 1 d’Emma Mars

Lisez quelques extraits tirés du premier roman érotique de la trilogie Hôtel d’Emma Mars :

Je n’ai jamais appartenu à cette catégorie de femme qui prétendent que toutes les chambres d’hôtel se ressemblent. Qu’elles ne sont qu’un seul et même espace anonyme, sans cachet ni personnalité. […] Il faut pratiquer une chambre d’hôtel en journée, quand le reste de l’établissement est vide ou presque pour goûter ce qu’elle a de singulier, d’unique. Il faut y vibrer, y faire parler ses sens, un à un, pour ressentir les traces de ceux qui, avant soi, ont pu y rire, y aimer, ou y jouir.

Parler de sexe était pour elle un plaisir au moins égal à l’acte lui-même. Un prolongement naturel, comme si la langue était chez elle un organe aussi érectile que son clitoris, les deux paraissant connectés par un lien secret.