50 nuances de Grey d’E. L. James

50 nuances de Grey d'E. L. James


Si vous nous dites que vous êtes passé à côté de ce succès érotique planétaire, nous ne vous croirons pas ! Le premier opus de la trilogie est le roman le plus vendu de l’année 2012 ! Comme quoi la littérature érotique n’est pas tabou.
E.L. James nous conte les aventures d’Anastasia Steele qui découvre le sexe grâce à Christian Grey, homme riche et puissant ayant des penchants sm…
672 pages aux éditions le Livre de Poche.

Résumé de 50 nuances de Grey d’E. L. James

Anastasia Steele, étudiante en littérature, a accepté la proposition de son amie journaliste de prendre sa place pour interviewer Christian Grey, un jeune et richissime chef d’entreprise de Seattle. Dès le premier regard, elle est à la fois séduite et intimidée. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier, jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille à mi-temps et lui propose un rendez-vous. Ana est follement attirée par cet homme. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, elle découvre son pouvoir érotique, ainsi que la part obscure qu’il tient à dissimuler… Romantique, libératrice et totalement addictive, la trilogie Fifty Shades, dont Cinquante nuances de Grey est le premier volume, vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais.

Extraits de 50 nuances de Grey d’E. L. James

Découvrez quelques passages hot du roman érotique 50 nuances de Grey :

Je grimace dans le miroir, exaspérée. Ma saleté de tignasse refuse de coopérer. Merci, Katherine Kavanagh, d’être tombée malade et de m’imposer ce supplice ! Il faut que je révise, j’ai mes examens de fin d’année la semaine prochaine, et, au lieu de ça, me voilà en train d’essayer de soumettre ma crinière à coups de brosse. Je ne dois pas me coucher avec les cheveux mouillés. Je ne dois pas me coucher avec les cheveux mouillés. Tout en me répétant cette litanie, je tente une nouvelle fois de mater la rébellion capillaire. Excédée, je lève les yeux au ciel face à cette brune qui me fixe, avec son teint trop pâle et ses yeux bleus trop grands pour son visage. Tant pis. Je n’ai pas le choix : la seule façon de me rendre à peu près présentable, c’est de me faire une queue-de-cheval.
Kate est ma colocataire, et elle a été terrassée par la grippe aujourd’hui. Du coup, elle ne peut pas interviewer pour le journal des étudiants un super-magnat de l’industrie dont je n’ai jamais entendu le nom. Résultat : elle m’a désignée volontaire. Je devrais relire mes notes de cours, boucler une dissertation, bosser au magasin cet après-midi, mais non – je me tape les 265 kilomètres qui séparent Vancouver dans l’État de Washington du centre-ville de Seattle pour rencontrer le mystérieux P-DG de Grey Enterprises Holdings, Inc., grand mécène de notre université. Le temps de ce chef d’entreprise hors du commun est précieux – bien plus que le mien -, mais il a accepté d’accorder une interview à Kate. C’est un scoop, paraît-il. Comme si j’en avais quelque chose à foutre. Kate est blottie dans le canapé du salon.
– Ana, je suis désolée. Cette interview, je cours après depuis neuf mois. Si j’annule, je n’aurai pas d’autre rendez-vous avant six mois et, d’ici là, on aura quitté la fac. Je suis la rédac’ chef, je ne peux pas me permettre de planter le journal. Je t’en supplie, ne me laisse pas tomber, m’implore-t-elle d’une voix enrouée.
Elle fait comment ? Même malade, elle est à tomber avec ses cheveux blond vénitien impeccablement coiffés et ses yeux verts pétillants, bien que, pour l’instant, ils soient rouges et larmoyants. Je refoule une bouffée de compassion.
– Évidemment que je vais y aller, Kate. Retourne te coucher. Tu veux de l’Actifed ou un Doliprane ?
– Actifed, s’il te plaît. Tiens, voici mes questions et mon dictaphone. Tu appuies ici pour enregistrer. Prends des notes, je décrypterai.
– Ce mec, je ne sais rien de lui, dis-je en tentant vainement de réprimer ma panique croissante.
– Avec mes questions, tu t’en sortiras très bien Allez, vas-y. Tu as une longue route à faire II ne faut pas que tu sois en retard.
– O.K., j’y vais. Retourne te coucher. Je t’ai préparé de la soupe, tu pourras la faire réchauffer plus tard.
Il n’y a que pour toi que je ferais ça, Kate.
– D’accord. Bonne chance. Et merci, Ana – comme toujours, tu me sauves la vie.
Je prends mon sac à dos en lui adressant un sourire ironique. Je n’arrive toujours pas à croire que je me sois laissé convaincre par Kate de faire ça. Cela dit, Kate pourrait convaincre n’importe qui de faire ses quatre volontés. Elle est éloquente, forte, persuasive, combative, belle – et c’est ma meilleure amie.

L’ascenseur arrive. Nous sommes seuls. Soudain l’ambiance se charge d’électricité. Je respire plus vite. Mon coeur s’emballe. Il se tourne légèrement vers moi. Ses yeux ont viré à l’ardoise. Je me mords la lèvre.
– Oh et puis merde pour la paperasse.
Il me pousse contre le mur, m’agrippe les deux mains, et les cloue au-dessus de ma tête tout en m’immobilisant avec ses hanches. De sa main libre, il m’attrape par les cheveux et tire dessus pour me renverser la tête en arrière ; il écrase ses lèvres sur les miennes. C’est presque douloureux. Je gémis, livrant passage à sa langue qui en profite pour explorer ma bouche. Je n’ai jamais été embrassée comme ça.