Beautiful Sex Bomb de Christina Lauren

Beautiful Sex Bomb de Christina Lauren


Les auteurs érotiques prolifiques rassemblées sous le nom de Christina Lauren sont de retour avec le tome 4 de la saga Beautiful ! Nous retrouvons Chloé et Bennett du premier et deuxième tome mais aussi Max et Sara du troisième tome. Chloé et Bennett le Beautiful Bastard vont se marier. Benett part faire son enterrement de vie de garçon à Las Vegas avec trois amis. Mais leurs copines vont s’immiscer dans leurs projets et les rejoindre…
144 pages aux éditions Pocket

Résumé de Beautiful Sex Bomb de Christina Lauren

Il ne fallait rien de moins à Bennett, alias le beautiful bastard, qu’une escapade torride à Las Vegas pour enterrer sa vie de garçon. Max, le beautiful stranger, et ses amis l’arrachent à Chloé pour un week-end haut en couleurs et en aventures. Mais tout ne se passe pas exactement comme ils l’avaient prévu… Car Chloé et Sara, leurs fiancées respectives, sont elles aussi en ville, et bien décidées à achever de pimenter leurs nuits…  » Torride.  » Le Parisien magazine

Extraits de Beautiful Sex Bomb de Christina Lauren

Lisez quelques passages érotiques tirés de Beautiful Sex Bomb de Christina Lauren :

Je jette un coup d’oeil vers le mur du fond au moment où Chloé et Sara sortent du couloir sombre, en riant, bras dessus bras dessous. Max suit mon regard et soupire longuement:
– Elles sont magnifiques bon sang.
– Je me demande où elles vont…
Max me jette un coup d’oeil en secouant la tête, comme s’il lisait dans mes pensées:
– Notre soirée est entièrement planifiée, mec.
– Je n’en doute pas.
– Elles vont s’amuser de leur côté.
– Eh oui…
Il s’interrompt en croisant le regard de Sara. La connexion entre eux deux est totale. Chloé relève les yeux du sac dans lequel elle était en train de fouiller et me voit. Ses lèvres s’ouvrent et sa main frémit contre sa poitrine. Dans ses yeux, je lis une inquiétude authentique. Peut-être même un soupçon de culpabilité. « Ça va? » articule-t-elle silencieusement.
Si elle se sent coupable après son petit jeu, je suis content. Je grimace: « Non ».

– Tu ressens quoi ? parviens-je à articuler, les lèvres contre son oreille. Puissance ? Contrôle ? Tu es là, les yeux bandés, attachée à une table, et je suis perdu en toi. Je suis si perdu en toi, putain, que j’ai du mal à reprendre mon souffle.
En respirant lourdement, elle semble se noyer dans la table, repue :
– De l’amour.